MUSEUM NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE

Mouches


L’expo qui fait Mouche !

Ce site nécessite Flash Player :

Obtenir Flash

Éboueur de la nature

Très diversifiés et nombreux, présents dans tous les milieux terrestres et d’eau douce, les diptères jouent un rôle majeur dans les écosystèmes.

Selon leur régime alimentaire, on peut les classer en phytophages (mangeurs de matière végétale), carnivores (prédateurs et parasites) et saprophages (décomposeurs ou recycleurs). Leur importance dans les chaînes alimentaires est primordiale. Par leur abondance, ils constituent une importante source de nourriture pour une multitude de prédateurs : oiseaux, mammifères, reptiles, amphibiens, poissons, araignées, autres insectes.

Feuilles mortes qui tombent sur le sol à l’automne, bois mort, souches, restes végétaux de toutes sortes, déjections de tous les animaux, des crottes des chenilles aux bouses des vaches, cadavres, des puces comme des éléphants, les larves de nombreuses familles de diptères participent activement au recyclage de ces masses de « déchets » qui sont restitués au sol sous forme d’humus et de sels minéraux utilisables par les plantes, permettant au cycle de la vie de se perpétuer.

Asticothérapie ou biochirurgie

Cette méthode thérapeutique utilise les asticots de la mouche verte Lucilia sericata, pour le nettoyage des plaies et le traitement de certaines affections difficiles à soigner. Les asticots, élevés stérilement, sont déposés sur les lésions. En se nourrissant des chairs mortes, ils éliminent les tissus nécrosés et favorisent la cicatrisation. Cette méthode est connue dans certaines médecines traditionnelles. Au XVIe siècle, le chirurgien A. Paré avait remarqué la belle apparence et la rapide cicatrisation des plaies résultant de blessures lorsque des larves de mouches s’y trouvaient. Le chirurgien W. Baer fit les mêmes observations chez des soldats abandonnés sur un champ de bataille et mit au point l’asticothérapie après la première guerre mondiale. L’asticothérapie a été abandonnée au moment de l’apparition des antibiotiques à partir de 1940. Avec les phénomènes de plus fréquents de résistance aux antibiotiques, elle fait sa réapparition. Un des principaux obstacles à une large utilisation de cette technique semble d’ordre psychologique…

La volière

La voilà, la Mouche, et vivante en plus ! Traversez la volière contenant des milliers de mouches… ou peutêtre préférerez-vous vous attarder devant les asticots de lucilies dévorant un cadavre d’animal ?